Qu’est-ce que la migraine ?

Mal de tête, céphalée, migraine ?

La migraine est une maladie neurologique chronique évoluant par crises récurrentes espacées par des intervalles libres de céphalée.1

La céphalée est un terme générique qui signifie « mal de tête ».
La migraine est une forme particulière de céphalées, sans cause sous-jacente avérée (dite céphalée primaire) dont le diagnostic est établi sur l’interrogatoire du patient, basé sur des critères précis et stricts : les critères de diagnostic des céphalées de la classification internationale des céphalées, ICHD-3.1

douleur à la tête

Les patients migraineux décrivent souvent une douleur d’un côté de la tête (unilatérale), avec un caractère pulsatile (qui bat, comme le cœur), d’intensité modérée à sévère, qui les empêche de réaliser leurs activités de la vie courante.1

Ces crises sont le plus souvent accompagnées de nausées et/ou vomissements et d’une augmentation de la réactivité aux stimuli sensoriels comme la lumière et le bruit (photophobie, phonophobie…). La durée des crises pouvant durer de 4 à 72 heures.1

Selon le tableau clinique, on distingue deux formes principales de migraine1 :

  • La migraine sans aura
  • La migraine avec aura
un tiers

Des patients migraineux présentent des migraines avec aura.2

oeil

90% des auras se manifestent par des troubles visuels. Chez certains patients, la crise s’annonce avec l’apparition d’une tâche brillante pouvant masquer jusquà la moitié de leur champ de vision.2

tête rouge

Parmi ces signes neurologiques, on peut également retrouver des troubles du langage ou des troubles sensitifs.2

Des signes neurologiques annonciateurs de la migraine peuvent survenir plusieurs heures avant la céphalée : on parle de prodromes (par exemple fatigue, fringales, baisse de la concentration, photophobie, phonophobie…).2

Il est important de les repérer et les noter pour être prêt à gérer la crise au mieux et au plus tôt.3

La migraine épisodique et la migraine chronique

Selon la fréquence des crises, on classifie la migraine en deux types :

  • Migraine épisodique
  • Migraine chronique1

Migraine épisodique

< 15 jours de céphalées par mois depuis plus de 3 mois.4

Migraine chronique

≥ 15 jours de céphalées par mois depuis plus de 3 mois, avec ≥ 8 jours de migraine mensuels selon I’ICHD 3.1

  • La migraine chronique a un retentissement majeur sur la vie personnelle, sociale et professionnelle des patients et est associée à une moins bonne qualité de vie que chez les patients souffrant de migraine épisodique.3
  • Un phénomène de « chronification » (progression d’une migraine épisodique au statut de migraine chronique), peut se produire chez certains patients.2
  • Les comorbidités (maladies associées du type : anxiété, dépression, asthme…), augmentent ce risque de chronification qui est proportionnel au nombre de comorbidités.2
brochure de couleur rouge

En amont de votre consultation, pensez à noter dans votre agenda de la migraine les éléments importants concernant votre crise notamment la date de début, son intensité et sa durée.

Accéder à un agenda de la migraine ici.

Références

  1. ICHD-3 beta. Cephalalgia. 2013 Jul;33(9):629-808
  2. Demarquay G, Moisset X, Lantéri-Minet M, de Gaalon S, Donnet A, Giraud P, Guégan-Massardier E, Lucas C, Mawet J, Roos C, Valade D, Ducros A. Revised guidelines of the French Headache Society for the diagnosis and management of migraine in adults. Part 1: Diagnosis and assessment. Rev Neurol (Paris). 2021 Jul 30:S0035-3787(21)00612-3. doi: 10.1016/j.neurol.2021.07.001. Epub ahead of print. PMID: 34340812.
  3. Linde M. Migraine: a review and future directions for treatment. Acta Neurol Scand. 2006 Aug;114(2):71-83. doi: 10.1111/j.1600-0404.2006.00670.x. PMID: 16867028.
  4. Serrano D, Lipton RB et al. Fluctuations in episodic and chronic migraine status over the course of 1 year: implications for diagnosis, treatment and clinical trial design. J Headache Pain. 2017 Oct 4;18(1):101. doi: 10.1186/s10194-017-0787-1.